Projet Aliens Résistance.

Projet Aliens Résistance.
Playlist Documentaires, cliquer sur l'image ici au-dessus.

samedi 22 juillet 2017

NASA - Quand des astronautes morts ressuscitent



Si vous avez plus de 40 ans, vous vous souvenez probablement du 28 janvier 1986. C’était le jour d’une grande catastrophe de la NASA devant la côte de Cap Canaveral, en Floride. A 11 heures 38 minutes et 73 secondes après son lancement, la navette spatiale Challenger 23 a été pulvérisée par une énorme explosion au-dessus de l’Atlantique. Tous les sept membres de l’équipage ont trouvé la mort, c’est-à-dire les cinq astronautes de la NASA et deux spécialistes de charge utile.

Est-ce que la NASA nous tromperait ? - Quand des astronautes morts ressuscitent 30.09.2016



Si vous avez plus de 40 ans, vous vous souvenez probablement du 28 janvier 1986. C’était le jour d’une grande catastrophe de la NASA devant la côte de Cap Canaveral, en Floride. A 11 heures 38 minutes et 73 secondes après son lancement, la navette spatiale Challenger 23 a été pulvérisée par une énorme explosion au-dessus de l’Atlantique.
Tous les sept membres de l’équipage ont trouvé la mort, c’est-à-dire les cinq astronautes de la NASA et deux spécialistes de charge utile.
Des millions d’Américains – 17% de la population totale – ont regardé le lancement en direct à la télévision à cause de la spécialiste de charge utile Christa McAuliffe, la première institutrice dans l’espace. Le reportage médiatique sur l’explosion était riche et varié : Une étude montre que 85% des Américains interrogés en avaient entendu parler dans l’heure qui a suivi l’accident. Le monde entier était en état de choc, le monde entier a pris part à la tristesse et au deuil pour les victimes de la navette spatiale.
La raison de l’explosion : Un mauvais fonctionnement d’un joint torique dans le booster à matière solide droit de la fusée.
La navette n’avait pas de système de siège éjectable et l’impact de la cabine sur la mer a été trop violent pour que les astronautes puissent survivre.
La catastrophe a été suivie d’une pause de 32 mois dans le programme des navettes spatiales de la NASA et cela a conduit à la création de la commission Rogers, qui est une équipe nommée par le Président Ronald Reagan, pour analyser l’accident.
Voici les noms des sept membres de l’équipage de Challenger :
1. Francis Richard Scobee, commandant
2. Michael John Smith, pilote
3. Ronald McNair, spécialiste de la mission
4. Ellison Onizuka, spécialiste de la mission
5. Judith Resnik, spécialiste de la mission
6. Gregory Jarvis, spécialiste de charge utile
7. Christa McAuliffe, spécialiste de charge utile

Mais voyons la chose incroyable ! Un proverbe connu dit : « Ce qui ressemble à un canard, fait le bruit d’un canard et se comporte comme un canard, doit probablement être un canard ! »
Le souffle du monde s’arrête en cette affaire pour la deuxième fois. A la différence que ce dernier choc dépasse celui qu’on a eu il y a 30 ans. On dit qu’au moins six des sept membres de l’équipage de Challenger seraient encore en vie ; quatre d’entre eux vivent même sous le même nom. Et voici les arguments à vérifier :
Francis Richard Scobee, commandant de la navette spatiale
Francis Richard Scobee est né le 19 mai 1939 et était le commandant de la navette spatiale Challenger à l’époque. Exactement 30 ans après la chute de Challenger, on l’a découvert comme PDG de Cows in Trees. Cows in Trees était et est encore de nos jours une entreprise de publicité à Chicago.
Si vous regardez ici ces deux images, vous remarquez certainement au moins trois choses qui se ressemblent beaucoup :
Premièrement ce front également haut et les mêmes sourcils, et aussi les yeux, qui tirent un peu vers le bas à leur extrémité. Et toutes ces choses sous son deuxième prénom Richard et le même âge. La photo de droite du PDG Richard Scobee se trouve aussi sur sa page LinkedIn.
Quand on visite le site Web de Cows in Trees – et je l’ai fait ici – on tombe sur une animation avec une vache propulsée par fusée. Et le tourbillon de poussière forme le nombre « 6 ». Le tout nous rappelle très fortement la navette spatiale Challenger à la télévision, quand elle a explosé en plein vol. Peut-on imaginer humour plus noir ?!
Michael J. Smith, pilote de Challenger
Le pilote de Challenger, Michael John Smith, est né le 30 avril 1945, il avait 41 ans lorsqu’il a trouvé la mort dans l’explosion il y a 30 ans.
L’homme sur la photo de droite s’appelle également Michael John Smith et il a exactement 30 ans de plus.
Sa ressemblance avec l’astronaute Michael John Smith est absolue – les mêmes sourcils horizontaux, les mêmes yeux bleus-gris, le même creux vertical sur le bout du nez. Nous parlons là d’un professeur émérite d’ingénierie industrielle à l’Université de Wisconsin-Madison.
L’adresse e-mail de Michael John Smith est mjsmith@cae.wisc.edu.
Ronald McNair, spécialiste de la mission de Challenger
Ronald McNair, docteur en physique, né le 21 octobre 1950, était le deuxième astronaute afro-américain. Carl McNair âgé de 66 ans (sur l’image à droite) ressemble exactement à ce que Ronald pourrait être à présent. Ce fait a sauté un jour aux yeux de certains citoyens américains.
Lorsqu’on lui a parlé de sa ressemblance impressionnante avec Ronald McNair, on dit qu’il a répondu spontanément qu’il serait le frère jumeau de l’astronaute disparu. Mais parce que la ressemblance était flagrante à tous égards, certains Américains ont commencé à douter de cette affirmation. Mais pour ne pas publier des affirmations en l’air, ils ont commencé à faire des recherches. Jusqu’à présent il n’était pas connu que ce Ronald McNair décédé avait un frère jumeau. Sur Carl McNair on a pu découvrir tout ce que l’on peut imaginer : Ainsi par exemple, qu’il est écrivain, conseiller de formation et orateur passionnant, qu’il est le fondateur et le président émérite de la fondation Ronald E. McNair, qu’il a créée en l’honneur de son frère disparu.
Il n’y a qu’une chose qu’on n’a pas pu déceler au moment de la recherche à l’époque : Ce sont des indications avant 1986 sur un frère jumeau de Ronald McNair nommé Carl !
Rapport de recherche d’un journaliste libre :« J’ai recherché sur Ancestry.com un dénommé « Carl McNair », qui prétend être le frère de l’astronaute McNair. Le site de Carl S. McNairs LinkedIn-Seite dit que son anniversaire serait le 16 décembre. Le site Wikipedia pour Ronald McNair dit que ses parents sont Carl C. et Pearl M. McNair. Alors j’ai cherché dans Ancestry.com tous les « enregistrements de naissances et de baptêmes » d’un dénommé « Carl McNair », qui serait né le 16 décembre et dont le père s’appellerait Carl McNair et la mère Pearl McNair.
Le résultat de la recherche : Il y a seulement un enregistrement dans les actes de naissance du Texas entre 1903 et 1932, c’est celui de Herschel John McNair, né le 12 octobre 1912 à Rosewood, Upshur, dont le père s’appelle William McNair et la mère Pearl McNair.
Cela revient à dire qu’il n’existe aucun Carl McNair, frère de Ronald McNair selon Ancestry.com. Voici la capture d’écran, que j’ai faite d’Ancestry.com avec l’heure (10:18 AM) et la date (le 9 mai 2015) dans le coin en bas à droite (encadré rouge).
Pour être bien sûr, j’ai répété ma recherche sur « Carl McNair ». Cette fois-ci j’ai réduit la recherche à « Carl McNair », dont le nom du père était « McNair » et le prénom de la mère « Pearl ». Je n’ai trouvé aucun Carl McNair dont le nom du père était McNair et le prénom de la mère Pearl. »
Ellison Onizuka, spécialiste de la mission de Challenger
Un autre spécialiste de la mission de Challenger, Ellison Onizuka, le premier astronaute américano-japonais. Lui aussi, on pensait l’avoir revu en public vivant après la catastrophe de Challenger. Quand on lui a demandé comment il pouvait être vivant, on dit qu’il se serait défendu en répondant être Claude, le frère jumeau de l’astronaute Ellison Onizuka mort dans l’accident.
Son affirmation n’était pas crédible non plus, de sorte que des citoyens ont commencé une recherche sur un frère jumeau de l’astronaute. L’astronaute Ellison Onizuka était né le 24 juin 1946 à Hawaï. Aucun registre de naissance ne parlait d’un frère jumeau Claude au moment de cette recherche-là. Alors on dit qu’il a prétendu être le frère cadet d’Ellison Onizuka. Si Ellison était encore vivant, il ressemblerait exactement à son frère cadet sur cette photo – les mêmes sourcils, les mêmes yeux, les mêmes pattes d’oies, le même nez, voire même la même raie dans ses cheveux.
Claude Onizuka est un membre du directoire du département pour le contrôle de l’alcoolémie dans le County of Hawaï à Hilo, Hawaï.
Résultat d’une autre recherche par un témoin :
« J’ai aussi recherché sur Ancestry.com des actes de naissance d’un « Claude Onizuka », le frère prétendu de l’astronaute Ellison Onizuka. Selon l’article de Wikipedia sur Ellison Onizuka son père était Masamitsu Onizuka récemment décédé, sa mère est Mitsue Onizuka.
Résultat de la recherche : « Il n’y a pas de résultats pour votre recherche » …
Voici la photocopie du registre de naissance :
Par acquis de conscience j’ai répété ma recherche sur « Claude Onizuka », cette fois-ci sans indiquer les noms des parents. Il y avait 36 résultats, aucun d’entre eux n’était notre Claude Onizuka. Cela revient à dire que selon Ancestry.com personne n’est jamais né aux Etats-Unis (au moment de cette recherche), dont le nom serait Claude Onizuka. » Judith Resnik, spécialiste de la mission Challenger
Judith Arlène Resnik, née le 5 avril 1949 – qu’est-ce qu’il y a à dire d’important sur elle ? Elle, qui avait un titre de docteur en électrotechnique, était la spécialiste de la mission Challenger. Elle était la seconde astronaute américaine féminine et la toute première astronaute judéo-américaine, qui ait volé dans l’espace. Et à partir de maintenant ça commence à devenir intéressant :
En effet au collège Yale Law School il y a la chaire d’un professeur, qui s’appelle pareillement Judith Resnik. Cela peut arriver : le même nom. Mais ce qui est étonnant, c’est que non seulement elle a exactement 30 ans de plus que l’astronaute Judith Resnik décédée il y a 30 ans, mais qu’elle s’appelle exactement pareil, qu’elle a la même allure et la même voix que l’astronaute de la navette spatiale décédée. Et qu’est-ce qu’elle fait à présent au collège Yale Law School ? Elle y a le titre de professeur de droit Arthur Liman.
Et maintenant revenons à la comparaison. Exactement comme l’astronaute Judith Resnik ce professeur a les cheveux foncés et frisés, la même forme de sourcils et les mêmes lignes des deux côtés du visage, qui montent à partir du menton. Qu’est-ce que vous voyez en plus ? Les deux personnes ont exactement la même bouche et le même regard et les mêmes gestes.
Ou bien voici encore une autre photo à titre de comparaison. Quand nous regardons la bouche : Chez les deux Judith Resnik on voit que la lèvre supérieure se pince quand elles parlent. Le voyez-vous ? Et – est-ce que ce sont toutes des coïncidences ?
Dans ce qui suit, il y a deux recherches d’envergure sur Judith Resnik :
Celui qui met en parallèle les voix de l’astronaute Judith Resnik il y a 30 ans et du professeur Judith Resnik, en vient à la conclusion suivante : Il s’agit d’une seule et même femme.
Voilà pourquoi nous écoutons pour finir la comparaison des voix. Judith Resnik à 30 ans d’intervalle.
Est-ce que toutes ces incohérences proviennent d’autant de hasards ou bien est-ce qu’elles révèlent une duperie mondiale d’une dimension incommensurable ?
« Il ne faut pas confondre la majorité avec la vérité ».

Sharon Christa McAuliffe, spécialiste de charge utile de Challenger
L’astronaute de Challenger décédée nommée Sharon Christa McAuliffe est née le 2 septembre 1948. Elle était enseignante en études sociales à l’école Concord Highschool de New Hampshire, quand elle fut choisie parmi plus de 11 000 candidats pour participer au projet de la NASA nommé « Enseignant de l’espace ». Si Challenger n’avait pas explosé, elle aurait été la première institutrice dans l’espace. Si elle n’était pas morte lors de la catastrophe de Challenger elle aurait maintenant 68 ans.
Pendant les recherches sur les tromperies au sujet de la navette spatiale, nous avons trouvé aussi le double de Sharon McAuliffe avec une apparence analogue et le même nom.
En tenant compte des 30 années écoulées, la professeur de la faculté de droit de l’Université « Syracuse », ressemble exactement à l’astronaute McAuliffe. Elle n’a pas seulement la même apparence et aussi exactement le même âge. Si on regarde la mèche sur le front qui part du milieu de sa tête et va vers le côté gauche du front. Cette même avocate Sharon A. McAuliffe, qui travaille à l’école de droit Syracuse Law School, dans l’Etat de New York, est aussi la cousine du gouverneur de Virginie, nommé Terry McAuliffe. Celui-ci a soutenu en tant que dirigeant de campagne la réélection de Clinton et aussi la campagne d’élection de sa femme Hillary. Il a aussi soutenu la NASA spécialement en ce qui concerne le lieu de décollage des navettes spatiales sur l’île Wallops dans l’océan Atlantique.
Il y a une chose que nous devons garder à l’esprit pendant toutes ces recherches :
Ce serait une chose si un membre de l’équipage de Challenger ressemblait à une personne qui est en vie à présent. Cela pourrait être pris pour une coïncidence.
Mais c’est une tout autre chose si SIX membres de la même navette spatiale possèdent un double qui vit dans le même pays et que quatre de ces six portent aussi le même nom que les personnes décédées. L’estimation d’un professeur de physique résume la probabilité de la manière suivante :
« Avec une distribution binominale on peut évaluer la probabilité qu’un tel événement ait lieu 4 fois en 10 ans.
D’après une estimation cela a une probabilité de 10-160 »
Pour comparer :La probabilité d’être touché par des déchets de l’espace a été calculée par des mathématiciens ; elle est de 6x10-13 Donc il est 7 fois plus probable dans une vie d’être touché par une météorite, que de rencontrer une telle configuration de sosies. Mais la probabilité est sans doute encore plus élevée. »
De quel genre de personnes la NASA se compose-t-elle pour que ces gens soient capables de mentir au monde entier pendant 30 ans ? La NASA est une institution qui dévore des milliards provenant des impôts et de donateurs privés. Qu’est-ce que cela voudrait dire si 4 universités d’élite participaient à ce mensonge spatial qui concerne le monde entier ? Des questions comme celles qui suivent devraient absolument être éclaircies : Qui est impliqué dans cette fraude ? Car les astronautes supposés morts se retrouvent comme juristes, experts judiciaires, spécialistes financiers, etc. Si donc déjà toute la NASA, des astronautes et des professeurs de droit, c’est-à-dire ceux qui forment l’élite, participent à un mensonge au niveau mondial, qui d’autre y participe encore ? Où se trouve le 7ème astronaute Gregory Jarvis ? Est-il encore en vie ? Pour éclaircir de telles questions, l’humanité dépend de l’aide de chacun. Toute personne qui est en mesure de le faire est priée de participer à ce travail d’éclaircissement dont parle ce film.
D’après des témoignages de membres de la NASA, celle-ci n’a pas seulement menti sur quelques points, mais en toute chose.
« Quand j’ai parlé avec cet homme de Belcom qui travaille pour la NASA et que nous avons discuté à propos de ce « mensonge », tout ce qu’il m’a dit était différent de la prétendue vérité dont on nous avait parlé jusqu’alors. Alors après un peu de temps je lui ai dit : « Donc vous avez menti sur beaucoup de choses ? » Et immédiatement il m’a répondu : « Non, nous n’avons pas seulement menti en ce qui concerne certaines choses – tout est un mensonge ! Rien de tout cela n’est la vérité. »
A de multiples reprises la NASA se vante que le voyage spatial a créé des emplois. Surtout dans l’industrie. Mais la question la plus urgente est la suivante : Des emplois dans quelles industries exactement ? En ce qui concerne les voyages dans l’espace, il semble que divers astronautes de la NASA n’étaient pas actifs pendant leurs voyages vers la lune ou dans leur navette spatiale. Ainsi en a témoigné dernièrement un ancien membre de la NASA qui pour raison de conscience, comme il le dit lui-même, ne peut plus participer à cette tromperie mondiale. Il a dit : la NASA ne ment pas au monde entier seulement sur certaines choses, mais sur toutes les choses. Comme d’autres anciens de la NASA ont dit des choses identiques, certains journalistes indépendants ont voulu faire une sorte d’épreuve de vérité. Ils se sont placés avec une bible à la main devant tous les astronautes glorifiés par le monde entier, et leur ont demandé de jurer sur la Bible qu’ils étaient vraiment allés sur la lune et qu’ils n’avaient pas menti au monde. Mais écoutez et voyez par vous-mêmes :
Est-ce que tout ça est un mensonge ?
… et c’est de cette manière que tous les astronautes ont réagi :
John Young, Apollo 10 et 16
Est-ce que vous voulez que je vous frappe ?
Maintenant je veux que vous juriez par Dieu et la Bible que vous êtes allé sur la lune. Si vous êtes allé sur la lune, nous voulons vous donner l’opportunité de jurer par Dieu que vous étiez sur la lune.
« Je vais vous donner l’opportunité de vous faire exploser la tête et de me ficher la paix. »
Neil Armstrong, Apollo 11
Pourquoi est-ce que vous ne faites pas ça, vous mettez votre main sur la Bible et vous jurez que vous êtes allé sur la lune. Bon, alors ce sera sûrement une bible falsifiée. »
Edwin « Buzz » Aldrin Jr., Apollo 11
Vous aimez les aventures ? Vous êtes celui qui a dit qu’il a marché sur la lune alors que ce n’est pas vrai. Vous avez inversé les faits et les avez présentés faussement.
« Sortez de mon chemin ! Vous êtes un lâche, un menteur et un voleur ! »
« Vous parlez à la mauvaise personne. Pourquoi ne parlez-vous pas avec les responsables de la NASA ? Nous ne sommes que des passagers. Des gens qui participent à un vol. »
Ed Mitchell, Apollo 14
Je ne frappe pas les gens, mais vous serez par terre si vous ne partez pas maintenant. Dehors ! »
Alan Bean, Apollo 12
« OK, vous prenez vos affaires et vous foutez le camp ! »
William Anders, Apollo 8
« Je dis que tout ça, c’est de la merde ! »
Eugene Cernan, Apollo 10 et 17
« Si les ombres sur la lune étaient du mauvais côté ou pas ? Je ne m’occupe pas de cette merde. »
Alfred Worden, Apollo 15
... dans l’espace ont été falsifiés ?
Falsifiés ? »
Exactement. Nous avons un enregistrement audio authentique du Johnson Space Center.
« Des conneries, tout ça »
Michael Collins, Apollo 11
« Vous, vous ne méritez pas qu’on vous réponde. »
« Si vous publiez ça, je vous traduirai en justice, OK ? »
Toutes ces réactions renforcent le soupçon que dans toute la NASA il y a quelque chose qui n’est pas normal. Où se trouvaient les astronautes pendant leur prétendue mission spatiale ? Et par cette façon de faire, quels buts sont poursuivis ? Prendre des vacances aux frais des contribuables et des investisseurs ? Ce n’est probablement pas ça. Quel rêve sont-ils en train de réaliser si pendant leur voyage spatial, connu du monde entier, ils ne se trouvent pas dans une fusée ?
Les questions suivantes se posent donc :
Combien d’images de l’espace publiées par la NASA sont véridiques ?
Quelles images sont montées ?
Est-ce que toute la représentation du monde, que donne la science, est fausse ?
Quelles branches de la science mentent aussi ?
Où sont partis les milliards de dollars de dons et d’impôts si pendant des dizaines d’années ils n’ont pas été utilisés pour la raison prétendue ?
Quels mass-médias sont dans ce coup ?
Les mass-médias ont-ils été trompés ou font-ils partie du mensonge ?
Quelles grandes sociétés sont complices ?
Qu’est-ce qui se passe avec la lune, si l’alunissage est un mensonge ?
Combien de services d’Etat, d’institutions juridiques et militaires et combien de services de sécurité sont complices ?
Combien d’universités, de facultés, d’écoles de droit, de branches d’économie, etc. sont dans le coup ?

Kla.tv vous remercie pour toutes les informations qui contribuent au sujet.
« Qui ne connaît la vérité n’est qu’un imbécile. Mais qui, la connaissant, la nomme mensonge, celui-là est un criminel ! » Bertold Brecht





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire